X-men : apocalypse… La fin d’une ère !

Claire Lebreton

Claire Lebreton

Rédactrice web

"If you want the world and the worlds beyond it, date a girl who reads. Or better yet, date a girl who writes.”- Rosemarie Urquico
Claire Lebreton

Des combats titanesques, des personnages qu’on adore retrouver, des pouvoirs fantastiques et une musique épique… X-men : apocalypse est une réussite pour Bryan Singer, Sophie Turner et Michael Fassbender !

Ce dernier opus de la trilogie de prequels vaut le détour ! Contrairement à une réplique de Jean Grey disant que le troisième film est toujours le pire, celui-ci est un des meilleurs. On retrouve d’anciens personnages avec leurs amitiés et leurs rivalités, ce qui est toujours intéressant. Chacun a pas mal évolué depuis Days of Future Past et les personnages commencent vraiment à ressembler à ceux de la trilogie originelle. L’histoire est plutôt simple : le premier mutant, qui se considère comme un dieu, se réveille d’un sommeil de quelques milliers d’années. Il veut détruire les « fausses idoles » et que les mutants règnent sur la Terre. Comme il compte tuer tous les humains ou les transformer en esclaves, Charles Xavier (James McAvoy) et sa bande s’opposent à lui.

On retrouve bien le Professeur X cette fois, puisqu’il a ouvert l’école. Parmi ses élèves, certains de ceux qui deviendront les X-men sont déjà là : Scott/Cyclope, Jean Grey et Alex/Havok. Et bien sûr, Hank/le Fauve (Nicholas Hoult) est toujours professeur. Côté personnages, on souffre pour Erik, connu sous le nom de Magneto. Michael Fassbender subit de nouvelles pertes dans ce film et joue bien le conflit interne de son personnage tout en émouvant les spectateurs. Pauvre Erik, il n’a jamais eu de chance ! Heureusement que ses vieux amis sont toujours là pour le soutenir. Comme dans les deux films précédents, Jennifer Lawrence est géniale en tant que Mystique. La mutante n’a peur de rien et se bat toujours pour ce en quoi elle croit. Imprévisible mais elle reste attachante. Sophie Turner est la parfaite Jean Grey, mélange de gentillesse, de caractère et de puissance. Et on peut enfin voir un Phoenix digne de ce nom, clairement mieux exécuté que celui de X-men : l’affrontement final. Seul bémol : manque d’initiative de Jean par moments qui accentue les longueurs du film. Quicksilver (Evan Peters), qui avait été si apprécié pour sa scène où il met K.O une douzaine de policiers en courant à la vitesse de la lumière dans Days of Future past est de retour. Avec le même humour et une autre musique culte, il vole chaque scène où il apparaît et détend l’atmosphère. Un des personnages les plus intéressants. L’autre est l’une des jeunes recrues d’Apocalypse. Est-ce que vous saurez la reconnaître ?


Malgré un scénario un peu simpliste qui reprend le cliché des quatre cavaliers de l’apocalypse, le méchant est bien fait. Il a un plan clair et, chose très rare au cinéma, quand il prend le contrôle des armes nucléaires, ce n’est pas pour décimer la population ! Avec des effets spéciaux quasiment toujours à couper le souffle et certains plans presque artistiques, les 2h30 du film ne sont pas perdues. Surtout avec des manières de tuer plus farfelues les unes que les autres, notamment avec un collier et avec du sable… original ! En résumé, encore une réussite pour Bryan Singer.

 

Exprime toi sur Facebook