Une pub sur les origines de Fanta a choqué les Allemands

Enorme taule pour Fanta… la marque fête ses 75 ans, et propose aux Allemands de découvrir sa version classique, pour  » retrouver le goût du bon vieux temps ». Problème ! En 1940, le pays était sous le régime nazi.

La gourde de Fanta

La marque Fanta, qui appartient au groupe Coca-Cola est à l’origine d’un clip très joyeux, festif, coloré, pour célébrer les 75 ans de la boisson. Ce spot a été diffusé sur les télévisions allemandes. Or, il y a 75 ans  l’Allemagne était sous le régime nazi. Mais plus que cette aspect historique, c’est surtout une phrase prononcée par la voix off de la publicité que le public allemand a eu du mal à avaler : « Nous faisons revivre le bon vieux temps avec le Fanta Classique ».  La formule a choqué ! Devant le déluge de commentaires indignés, Coca-Cola a décidé de retirer la vidéo.

« Aucun lien avec Hitler ou les nazis »

 » Il y a 75 ans, impossible de fabriquer votre Coca-Cola, faute de matières premières « , explique le spot. Pour continuer d’exister, la filiale allemande decide d’inventer une nouvelle boisson avec les ingrédients disponible. Le Fanta, contraction de  » fantasievoll  » (plein d’imagination en allemand), est ainsi né. « Nous n’avons pas voulu dire que Fanta a été créé au bon vieux temps du nazisme », se défend un porte-parole de l’entreprise. La multinationale s’est excusé, expliquant que la vidéo visait simplement à « évoquer des souvenirs d’enfance positifs », avant d’ajouter que « Fanta a été inventé en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, mais que la marque âgée de 75 ans n’avait aucun lien avec Hitler ou les Nazis ». On vous laisse découvrir la pub ci-dessous.

Le groupe Coca-Cola avait déjà fait face à la quelques problèmes lors  d’une de ses campagnes marketing. Lancée durant le SuperBowl 2015, la marque demandait aux internautes de tweeter une « mauvaise nouvelle » ou « une histoire triste » avec le hashtag (mot-dièse) #MakeItHappy. Celle ci souhaitait partager mettre en avant le bonheur en transformant automatiquement ces tweets  négatifs en visuels positifs. Malheureusement,  le site américain Gawker était sur le coup et a voulu tester les limites de l’opération, en créant lui aussi un compte Twitter automatique. Ce compte publiait tweet par tweet l’intégralité de Mein Kampf. Pas du tout contente de ce détournement, la firme américaine a décidé d’arrêter sa campagne.

Exprime toi sur Facebook