Interview : Olivier Kissita x Gary

La Rédaction

« Donne à un homme un poisson et tu le nourriras pour un jour. Apprends le à pêcher et il se nourrira pour la vie. »

Gary, la mascotte de la Street culture adore prendre des nouvelles de ses stars préférées ! Cette fois-ci, il a pu interviewer Olivier Kissita, jeune acteur/réalisateur qui s’est notamment fait connaitre sur youtube avec ses différentes web séries.

Olivier Kissita Gary Nelson dessinateur interview

1. Peux-tu nous raconter ton parcours ?

Je m’appelle Olivier Kissita, j’ai 27 ans, je suis acteur/réalisateur. J’ai commencé mon parcours en tant qu’acteur en prenant des cours chez Acting international à Paris.  J’ai fait plusieurs stages aussi dont notamment un qui a eu lieu à Broadway. Ce stage en question était vraiment intensif, j’avais des super-bons profs et ça m’a vraiment fait kiffer encore plus l’univers de l’acting. J’ai ensuite commencé à réaliser par la force des choses des courts-métrages, des web séries et aussi des sketchs drôles… ou non ! D’ailleurs, moi ce que je préfère dans le cinéma, c’est le drame à la base, donc je me suis essayé sur plusieurs formats.

Mon dernier court-métrage date de l’année dernière et s’intitule « 10 years » il faut savoir que c’est de l’autoproduction. Une bonne fiction dramatique qui me parle.

En ce moment, je réalise un documentaire sur les youtubeurs. Il faut savoir que ce sera mon premier vrai long métrage.

2. Qu’est-ce que la pop culture pour toi ?

Culture populaire donc une culture qui concerne les arts, la musique, les fringues, les films, l’art de rue, la danse etc., je pense que c’est un mélange de toutes ces formes.
Pour ma part, je suis dedans de manière quotidienne et je pense que c’est une culture à part entière.

D’ailleurs ça me rappelle un cours que j’avais eu en terminale ES où l’on apprenait ce qu’est la culture et la sous-culture et dans l’un des paragraphes du point « sous-culture » de mon cours on a abordé le Hip-hop et notamment l’un des couplets du groupe NTM. Je me souviens que notre prof disait que « Le Hip-hop est une sous-culture » et je trouvais que c’était assez dévalorisé à l’époque alors que pour moi c’est beaucoup plus que ça.

C’est une culture qui a énormément influencé d’autres courants. D’ailleurs petite anecdote, une fois à Brooklyn j’ai vu une mamie dans un gros 4×4 vitre teintée qui bougeait la tête sur un gros son lourd de fou et je me suis dit « qu’est-ce que c’est que ce délire ? » Preuve est que le Hip-hop touche tout le monde.

Olivier Kissita Gary Nelson dessinateur interview

Olivier et Gary qui se racontent des dossiers.

 

3. Peux-tu nous donner ton top 5 des œuvres (film, album, etc.) que tu considères comme culte ?

Question difficile mais on va essayer :

Top 1 : Dragon Ball Z, cette série a influencé de manière indélébile tous les mangas sortis après. D’ailleurs il y a vingt ans les mangas n’étaient pas aussi « pop culture » qu’aujourd’hui et on peut dire que DBZ a ouvert les portes de l’Occident a ce type d’œuvre.

Top 2 : Thriller de Michael Jackson et toute sa carrière ! Il a marqué des générations !

Top 3 : L’album « All eyes on me » de Tupac.

Top 4 : en grand fan d’arts martiaux : « Opération dragon » avec Bruce Lee en protagoniste. Il a démocratisé les films de Kung Fu et d’actions ! Ce film a d’ailleurs été sa consécration aux États-Unis. J’ai dû le voir un milliard de fois (rires).

Top 5 : « le parrain » de Francis Ford Coppola.

Olivier Kissita Gary Nelson dessinateur interview

Olivier est un grand fan d’art martiaux et de Bruce Lee.

 

4. Es-tu plutôt Jordan, Stan Smith ou Vans ?

Jordan, mais bien avant que ça soit autant à la mode. Je faisais du basket quand j’étais ado et certains de mes cousins sont pros en club. Ce sont eux d’ailleurs qui m’ont conditionné Jordan (le joueur avant la marque).

Forcement c’est resté mais je t’avouerais que ce n’est pas ce que je porte tous les jours même si je trouve certains modèles dingues !

5. Quelle réplique de film t’as le plus marquée ?

Je pense à Tupac dans Juice qui répond à Omar Epps :

« Yes you’re right i am crazy, and you know what ? I don’t give a f*ck ! »

Car ce que j’aime bien dans le cinéma c’est l’aspect psychologique. Par exemple dans cette scène le personnage se rend compte quelque part qu’il est fou mais il l’est tellement qu’il va plus loin et l’assume, il s’en fout ! Il n’a plus de limite et psychologiquement ce sont ces gens-là qui font le plus peur.

Olivier Kissita Gary Nelson dessinateur interview

« Attend Gary stp, j’entends rien ! c’est Luc Besson en ligne, il cherche la mascotte de son prochain film… »

 

6. Peux-tu nous « storyboarder » ton dernier rêve ?

Interview - Olivier Kissita x Gary x Ultra Select

Voici donc le storyboard du dernier rêve d’Olivier… Troublant lol

 

7. Twitter question : Qui sont tes acteurs/youtubeurs/viners français préférés ?

 

Exprime toi sur Facebook