[Dossier] Le hip-hop n’a vraiment plus de frontières ! (On le savait, mais bon !…)

Sabrina Biodore
Suivez-moi !

Sabrina Biodore

Rédactrice depuis 2007. Mes thèmes de prédilection : cinéma et séries.
Auteure du livre "Je ne saurais jamais jouer la comédie sociale", éditions Edilivre.
Sabrina Biodore
Suivez-moi !

« Peace, unity, love and having fun », popping, locking, breakdance, krump, new style, graff, samples, rap, R’N’B….., sont autant de termes que tout amateur de hip-hop qui se respecte, connaît (pas besoin de lui expliquer en quoi cela consiste !). Ce mouvement à qui l’on prédisait de n’être qu’un effet de mode, compte une quarantaine d’années au compteur.

Si la première expression énoncée dans cet article résume la devise du hip-hop (comprenez « paix, unité, amour et s’amuser »), les autres désignent respectivement des styles de danse, des disciplines du mouvement, des arrangements musicaux et des styles de musique. Le hip-hop est, à la base, un mouvement de partage de valeurs. Et si le clash (toutes disciplines confondues) fait dorénavant partie du jeu, il est préférable de ne pas oublier cette volonté première.

hip hop

Mouvement hip-hop : un désert dans les petites villes, il y a quinze à vingt ans.

Alors que les habitants des grandes villes peuvent se targuer de profiter d’événements organisés régulièrement : soirées, festivals, battles, concerts…, ceux des villes de moindre importance n’ont pas cette chance. Enfin, ce constat était immuable avant, disons quinze à vingt ans en arrière. Et pour les passionnés de hip-hop de l’époque, il a souvent fallu, batailler pour, ne serait-ce que prendre part à ce mouvement, qui prenait de l’ampleur ailleurs. Il fallait chercher L’événement, La soirée, ou souvent faire de nombreux kilomètres pour vivre cette passion.

Fort heureusement, ces temps-là sont désormais bien lointains. Le hip-hop est devenu une institution et ne semble pas près de s’éteindre ! Les passionnés d’hier sont les acteurs du mouvement d’aujourd’hui. Les adolescents fougueux, pleins d’énergie : danseurs, graffeurs, chanteurs ou simplement amateurs de ces disciplines… ont mûri et mettent dorénavant leur expertise au service de ce phénomène, né dans la rue… Dans les grandes villes, comme dans celles qui sont moins importantes.

 

 

Zoom sur Association Mouvement Hip-Hop (AMH), une association basée à Alençon (61), qui justement «œuvre au quotidien pour le hip-hop ». Damien Guillet, président de l’association, a accepté de répondre à nos questions.

Ultraselect : Bonjour, pouvez-vous nous présenter brièvement votre association ?

D. Guillet : L’association Mouvement Hip-Hop a été créée en 2007. Nous étions trois personnes à l’origine de cette initiative.
Nous proposons des cours de danse, principalement de breakdance, sur Alençon et les villes alentours : L’Aigle, La Ferté-Macé…, en fait sur l’Orne (61) et la Sarthe (72). Chaque année, nous organisons une block party (fête de quartier) sur Alençon, des stages de danse (destinés au centres socio-culturels, aux écoles…) et un championnat international de danse hip-hop. Mais en fait, nous touchons un peu à tous les domaines des cultures urbaines. C’est assez large.

Ultraselect : Pouvez-vous nous parler du championnat international que vous organisez ?

D. Guillet : Ce projet a démarré en 2009. Nous avions la volonté de faire connaître la danse au grand public. Nous avons donc organisé une battle départementale, dans une petite salle de la ville. 200 personnes ont assisté à cette première édition. En 2010, le directeur de La Luciole (salle de concerts d’Alençon), nous a proposé d’organiser la battle dans leur salle. L’événement a alors a pris une ampleur nationale. Plusieurs groupes de danse connus sur l’Hexagone ont participé. En 2011, cela a pris encore plus d’envergure et ça a continué comme ça pendant trois ans. La troisième année, nous avions réussi à faire venir un groupe du Maroc, que nous avions précédemment rencontré.
En 2013, nous avons changé de salle et avons organisé le championnat à l’Anova (salle de spectacles alençonnaise). C’est cette année-là que l’événement est véritablement devenu international ! (Le championnat porte le nom de World Invasion Battle). Nous avions réuni des groupes de danse d’Italie, de Corée, des Etats-Unis… et avons accueilli près de 2000 spectateurs. Nous avons continué dans cette voie, depuis et avons commencé à voyager pour dénicher les meilleurs groupes, dans d’autres pays.

  • spectacle-hip-hop-sur-scène-1.jpg
  • les-spectateurs-de-la-battle.jpg
  • affiches-événements-amh.jpg
  • représentation-break.jpg
  • battle-2012-2.jpg
  • affiche-block-party.jpg
  • affiche-battle-hip-hop-Alençon.jpg
  • affiche-2014-BLOCK-PARTY-AMH.jpg
  • battle-2012.jpg

 

Ultraselect : Décrivez-nous un peu votre profil ? Vous êtes, vous-même, un passionné de hip-hop, forcément ?

D.Guillet : En fait, je danse depuis quinze ans et je continue. Je suis clairement un passionné de hip-hop. Samir Jendoubi, salarié de l’association, danse également depuis 6-7 ans. Il a gagné deux fois le championnat international (en 2013 et 2014). Il intervient un peu partout dans l’Orne et assure les cours de breakdance.

Ultraselect : Quels sont vos projets d’avenir ?

D.Guillet : Plusieurs projets sont en route. Nous souhaitons élargir le secteur des cours de danse. Nous souhaitons également développer la création de spectacles. Nous avons d’ailleurs déjà créé un spectacle de 45 minutes, que nous avons joué au théâtre d’Alençon.
Nous préparons aussi l’édition 2016 du championnat international. Nous souhaitons le développer. Nous envisageons de le présenter dans le cadre d’un festival de cultures urbaines, qui se déroulerait sur plusieurs jours.

Voici une vidéo de présentation de l’AMH :

Association Mouvement Hip-Hop
3 rue Pierre Loti
61 000 Alençon
tél : 06-63-48-36-93
mail : seven2smoke@hotmail.fr
Une précision : l’association Mouvement Hip-Hop s’appuie sur des bénévoles pour organiser ses actions, notamment, dans le cadre de l’organisation de la battle internationale.

Exprime toi sur Facebook